La motivation

La motivation et les encouragements stimulent l’apprentissage.

Les meilleurs encouragements résident dans le regard des autres et la conscience de progresser, ils ne sont pas synonymes de récompenses.
Etre soutenu par toute une équipe qui croit en ses capacités, qui encourage le moindre effort, qui valorise le moindre progrès, permet à l’enfant d’accéder à une confiance en soi très importante dans les processus d’apprentissage mais avant tout dans les processus d’épanouissement personnel.

C’est l’engagement et la philosophie d’accompagnement de toute une unité qui s’offre au service du bonheur de l’enfant.

Par ailleurs, la motivation se retrouve impactée par les modalités de travail : le jeu, l’environnement, les outils, les projets,

les expériences...

L’une d’elle est « le groupe ». C’est un facteur clé de motivation dans les apprentissages de responsabilisation pour l’enfant et d’autonomisation par rapport aux adultes.
L’enfant, comme tout être humain, est un être social. Il a besoin d’interaction avec son entourage.

Travailler dans un petit groupe est pour lui un facteur de plaisir et de stimulations.
La réflexion portée à la mise en œuvre de cette pratique en groupe est essentielle pour les enfants polyhandicapés dont les interactions avec autrui peuvent être très pauvres et souvent limitées aux interactions avec les adultes. Favoriser ces interactions entre paires permettra l’émulation, la motivation et l’épanouissement dont chacun à besoin.

La motivation est également impactée par le choix d’une « pédagogie de la fonction ». Dans cette pédagogie, l'enfant n'est pas considéré comme une association de différents problèmes à traiter séparément, mais comme une personne dans sa globalité. C'est pourquoi les aptitudes motrices apprises lors d'une classe d'activités motrices, seront réutilisées et exercées dans tous les autres contextes de la vie quotidienne.
Les processus d'apprentissage doivent donc s'exercer d'une façon permanente, et essentiellement dans toutes les grandes fonctions de la vie quotidienne : se déplacer, manger, s'habiller... C’est par ces activités de la vie quotidienne que l’enfant apprend les schémas moteurs et les gestes qui sont indispensables pour vivre sa vie d’enfant.

 

La fonction donne un sens aux apprentissages.